Aller au contenu

Actualités

Le site 7sur7.be nous apprend que les enquêteurs de la police judiciaire fédérale d'Anvers n'ont plus de timbres. Ils doivent dès lors amener leurs dossiers en voiture à Bruxelles, d'où les dossiers sont envoyés, rapporte "Het Laatste Nieuws" mercredi.

J'avais déjà parlé voici peu de cette problématique des timbres-poste à destination de la fonction publique: "En 6 mois, les fonctionnaires ont dépensé 35 millions en timbres…" en y proposant pourtant une solution toute simple. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que la police a des problèmes en matière de fourniture de timbres: fin 2012, déjà, l'envoi de procès-verbaux relatifs à des amendes de roulage avait été compromis pour la même raison (lire à ce sujet: La police fédérale ne peut plus envoyer les PV, faute de budget !).

...continuer la lecture de "Faute de timbres, la PJ d’Anvers joue les coursiers"

Les journaux du groupe "Sud-Presse" nous relatent qu'une riveraine de Nandrin a décidé de prendre les armes contre les voleurs. Il y a un mois et demi, Anne-Marie Strougmayer a été victime d’un cambriolage. Ce week-end, alors que sa voisine vivait la même mésaventure, la Nandrinoise avait préparé deux battes de base-ball… pour accueillir les visiteurs nocturnes.

Les nombreux cas de citoyens confrontés à des situations similaires soulignent la nécessité de procéder à la modification immédiate des règles du Code pénal en matière de légitime défense, au sujet duquel le législateur a fautivement tardé à mener un débat serein pourtant largement souhaité par l'opinion publique.

Pour rappel, des particuliers, mais également des commerçants, et principalement des bijoutiers, sont de plus en plus souvent attaqués et parfois même abattus abattu de sang-froid par des malfaiteurs, dont les victimes réagissent parfois avec la même virulence.

Fidèle à son interprétation restrictive, le Ministère public considère qu'aux termes de la loi, dans son état actuel, le critère de légitime défense ne pourrait être retenu dans le cadre de tels faits et poursuit quasiment systématiquement les victimes devenues auteurs.

Effectivement, notre législation pénale n'admet la légitime défense que s'il s'agit de la défense de soi-même ou d'autrui.

Il reviendra donc exclusivement à l' « auteur » de tels faits de plaider la contrainte morale ou la force irrésistible pour tenter de se voir acquitté des préventions automatiquement mises à sa charge avec tous les aléas que comporte une telle aventure judiciaire.

Dans le climat d'insécurité croissant que connaissent nos grandes villes depuis de nombreux mois, l'opinion publique comprend de moins en moins de telles restrictions au concept de légitime défense.

Le citoyen ne peut admettre une telle inversion malsaine des rôles de malfaiteur et de victime qui conduit des commerçants rebelles à leurs agressions à se voir condamnés à des poursuites et à des peines pénales infamantes et à des dommages et intérêts à l'occasion de la défense de leurs biens suite à des agressions de la plus extrême violence.

Il comprend tout aussi peu que d'autres commerçants placés dans des situations identiques aient dû soutenir des procédures judiciaires longues et hasardeuses à plusieurs degrés d'instance pour se voir finalement acquittés sans en recevoir la moindre indemnisation.

De telles violences faites au bon sens sont d'autant moins acceptables que la Belgique est isolée dans cette législation restrictive au regard de celles des pays limitrophes.

En effet, tant en France qu'aux Pays-Bas et en Allemagne, les législations relatives au concept de légitime défense étendent celui-ci à la protection des biens.

Le droit pénal néerlandais - contrairement au nôtre - prévoit explicitement que la défense d'un bien contre une atteinte à celui-ci doit être qualifiée de légitime défense (article 41 du Code pénal). Le Code pénal allemand va plus loin encore et parle de la protection de la vie, du corps, de la liberté, de l'honneur, de la propriété et de tout autre bien juridique (§ 34).

L'expérience acquise dans les pays concernés a démontré que le fait d'étendre la réglementation de la légitime défense aux biens n'entraîne en pratique aucun excès et n'a d'ailleurs aucunement été sanctionnée par la Cour européenne de sauvegarde des droits de l'homme.

Régulièrement, l'attention des contribuables est attirée sur les coûts exorbitants que représentent les frais d'affranchissement des courriers de l'Etat.

Ainsi, nous apprennent les journaux du groupe SudPresse, Bpost a facturé pour 33,7 millions d'euros de frais d'affranchissement de courrier aux services publics fédéraux, à la police fédérale (Fedpol) et à la Défense pour les six premiers mois de l'année 2012. Un montant que veut réduire le Secrétaire d'Etat à la Fonction publique Hendrik Bogaert, peut-on lire dans les journaux de Sudpresse.

Que ce soit le SPF Justice, le SPF Intérieur, ou encore le Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, la fonction publique a besoin, pour garder le contact avec la population, de faire usage de la correspondance postale. En effet, le courrier électronique n'est pas un moyen de communication gratuit ni accessible à tout le monde. Or, on ne peut pas demander à quelque citoyen de se munir, à ses frais, d'un ordinateur et d'une connexion à Internet. Seule la lettre traditionnelle permet de toucher (quasiment) tout le monde avec certitude. Ce n'est donc pas demain que l'Etat cessera d'avoir recours aux services de la Poste.

...continuer la lecture de "En 6 mois, les fonctionnaires ont dépensé 35 millions en timbres…"

Arnaud LagardèreOn entend beaucoup de commentaires négatifs surgir d'un peu partout à chaque apparition médiatique d'Arnaud Lagardère, grand patron français et futur époux du jeune mannequin belge Jade Forêt.

Pour ma part, je ne vois aucun mal à ce qu'un homme ait une relation amoureuse avec une femme, du moment qu'ils sont tous les deux consentants, et si l'un est un homme riche de 50 ans et l'autre, une femme sculpturale de 30 ans sa cadette, cela ne regarde qu'eux.

Je finirai par croire que c'est la jalousie qui dicte les remarques acerbes qui ne cessent d'insinuer que cette jeune femme ne s'intéresserait à son futur mari que pour son argent et pour les possibilités de carrière qu'il est susceptible de lui offrir.

Et s'ils s'aimaient vraiment ? En quoi cela serait-il choquant ? Pourquoi vouloir, à tout prix, tirer à boulets rouges sur des gens qu'au fond, beaucoup envient sans oser l'afficher et, de ce fait, critiquent ?

Moi, j'aime bien le style d'Arnaud Lagardère. C'est un patron anticonformisme, qui se fiche du politiquement correct et qui assume sa vie privée sans complexe. Je pense qu'il a bien raison et qu'il est très courageux d'aller à contre-courant de ce que la société attend de lui.

Que celui qui agirait autrement à sa place lui jette la première pierre !